.
Annunci online

  Marionnettes [ Il Blog di Albert Bagno, dei suoi burattini e delle sue ricerche ]
         

"Marionnettes" per il notiziario andare a www.nautilaus/marionnettes.com Si vous voulez lire "Marionnettes" allez à l'adresse indiquée. o - o - o A partir du 1.11.2010 ce blog présente seulement les activités d'ALBERT BAGNO - MEMBRE UNIMA


5 giugno 2011

ALBERT BAGNO CHEZ LES BWABWA!

ALBERT BAGNO CHEZ LES BWABWA

SUCCES A LA MARTINIQUE!

 

Quel bonheur de faire un tour en Martinique!

Invité d’honneur de la troisième édition du festival BBM à Case-Pilote au nord de l’ile.

Le festival Bamboula (fête) Bwabwa (marionnette locale) Marionnettes (en général) est organiser par l’artiste marionnettiste, conteuse, écrivaine et éditrice Jennine Lafontaine dite « Jala » et les Céméa de l’ile.

Pendant mon séjour, j’ai animé « Un signe du papier » un cours de formations sur les marionnettes de papier, puis présenté mon étude – exposition sur « L’architecture des théâtres de marionnettes », animé la conférence sur « Les traditions marionnettes pour une création contemporaine », puis j’ai présenter deux de mes spectacles.

Par un grand hasard le premier spectacle présenté était « Il était une fois un oiseau » de 1976 et le deuxième « Liber » de 2010; c'est-à-dire mon premier et mon dernier par ordre d’arrivé et pour le moment.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce voyage a été un franc et vrais succès. Comment ne pas parler des paysages, de la nature et des belles personnes que j’ai pu rencontrer. Comment ne pas dire mon étonnement de découvrir une technique de marionnette très locale, très simple et très populaire : les Bwabwa. Comment ne pas rendre hommage aux si dynamiques participants de mon stage. Et je finis par un petit hommage à Anne-Marie (ma mémé d'occase) et sa soeur qui m'ont si gentiment fait découvrir leur iles.




3 novembre 2010

AVVISO!

AVVISO!
Cari amici lettori vi segnalo che dal 01/11/2010
gli articoli di marionnettes sono pubblicati sulla piattaforma:

www.nautilaus/marionnettes.com

Qui rimaranno solo gli articoli relativi alle attività di Albert Bagno
A presto!




Tag inseriti dall'utente. Cliccando su uno dei tag, ti verranno proposti tutti i post del blog contenenti il tag. Marionnettes cambio indirizzo.

permalink | inviato da Marionnettes il 3/11/2010 alle 19:3 | Leggi i commenti e commenta questo postcommenti (0) | Versione per la stampa



8 dicembre 2009

MOSTRA PALLAVICI A NOVI LIGURE

Novi Ligure:

"Appese ad un filo"

storie di marionette

Dal Sabato 21 novembre, presso il Museo dei Campionissimi di Novi Ligure è visitabile la mostra “Appese ad un filo”, storia di marionette dalla collezione Pallavicini, che potrà essere visitata fino al 28 febbraio 2010,  nei seguenti orari: venerdì dalle ore 15,00 alle 19,00;

sabato e domenica dalle ore 10,00 alle 19,00 (chiuso a natale e Capodanno).

Ingresso al Museo euro 7,00 (ridotto euro 4,00).

La parte centrale dell’originale esposizione è costituita da 25 marionette. Tra i pezzi storici, non poteva mancare Baciccia, maschera che rappresenta il popolano genovese, portata al successo nei primi anni del secolo scorso da Raffaele Pallavicini, capostipite della Compagnia che si trasferì a Novi Ligure verso la fine del secondo conflitto mondiale; altre, quelle risalenti agli anni ‘50 e ’60, ritraggono i personaggi famosi del momento che spopolavano in televisione e nei rotocalchi, come Nilla Pizza e Frank Sinatra. Completano l’allestimento un campionario di diverse maschere regionali ed un teatrino itinerante, di quattro metri per due, che la Compagnia usava soprattutto per le prove degli spettacoli.

Ma la mostra offre altri spunti interessanti di questa affascinante forma di spettacolo: grazie a testi ed immagini se ne ripercorre l’origine, antichissima, come dimostrano reperti risalenti addirittura al IV secolo A.C., ed il periodo d’oro, nel Settecento, quando si sviluppa il repertorio dello spettacolo musicale e del ballo. Alla metà dell’Ottocento cresce un’editoria popolare dove marionettisti e burattinai possono attingere a piene mani. È in quel periodo che nascono le prime “maschere senza maschere”, che parlavano il dialetto del pubblico, il quale assisteva alle rappresentazioni. Da questo dipendeva il loro enorme successo: il popolo poteva riconoscersi in questi personaggi perché esprimevano i valori, i problemi e le critiche al mondo che li circondava.

 

Il successo dei pupazzi mossi da fili (le marionette, da non confondere con i burattini mossi con le mani infilate nell’abito: Pinocchio, il “burattino” più amato nel mondo, in realtà è una marionetta!) continua ancora ai giorni nostri. Una sezione della mostra, infatti, offre una retrospettiva sul ruolo delle marionette viste al cinema o in televisione: da “Uccellacci e Uccellini”, film del 1966 diretto da Pier Paolo Pasolini e interpretato da Totò e Ninetto Davoli, alla serie britannica “Thunderbirds” telefilm di fantascienza ideato nel 1964 da Gerry Anderson, trasmesso dalla Rai a metà degli anni ’70, fino a “Essere John Malkovich”, film allucinante e divertente basato sulla storia di un marionettista.

 

Per informazioni:

Iat (Informazioni e Accoglienza Turistica) tel. 0143-72585;

Museo dei Campionissimi – viale dei Campionissimi, 2 Novi Ligure – tel. 0143.322634.

 

Une exposition dédiée au marionnettiste Pallavicini a lieu à Novi Ligure. Ce marionnettiste fu l'un des plus important du début du 20ème siècle. Ses marionnettes à fils sont d'une extrème élégance.

L'exposition a un secteur dédié aux marionnettes au cinéma et à la télévision .




8 ottobre 2009

UN LIVRE SUR LES MARIONNETTES DE TUNISIE!

Le théâtre des marionnettes en Tunisie.

Du Karagueuze aux spectacles modernes


Il est très rare que l’information sur un livre qui traite le thème des marionnettes publié dans le monde arabe arrive en Europe. Alors ne limitons pas la joie d’informer nos lecteurs que depuis le début de l’année 2009 est disponible le livre : « Le théâtre des marionnettes en Tunisie.

Du Karagueuze aux spectacles modernes », du professeur Mahmoud El Mejri.

Le professeur Mahmoud El Mejri est une autorité de son pays non pour ses travaux sur les marionnettes, mais pour l’ensemble de son travail pour le monde du théâtre. Il est actuellement le directeur du Centre de formation aux métiers du théâtre à Tunis.

Ce  livre est très complet et il comble bien des lacunes sur l’histoire des marionnettes de ce pays.

Coédité par les éditions Sahar et l’Institut supérieur d’art dramatique de Tunis ce livre de 225 pages est en arabe. Ce livre présente non seulement l’histoire de la marionnette dans ce pays, mais une série de réflexions qui permettent de faire le jour sur ce que veut dire faire des marionnettes en pays arabe.

Le livre de Mahmoud El Mejri, pour cibler les étudiants de théâtre et les chercheurs, déploie une importante somme d’informations. Il établit les faits chronologiques, de l’élan pris pour le théâtre de la marionnette en Tunisie. C’est un document sans doute précieux dans la mesure où il constitue un ouvrage basique pour une recherche des problématiques qui parcourent l’expression.

Un livre qu’il faut avoir, avant même de pouvoir le lire , en espérant qu’un jour il soit possible de trouver une traduction. 

(Article partiellement repris:  de Faouzia MEZZI La Presse | Publié le 04.02.2009)

 

“Il teatro delle marionette in Tunisia.

Dal Karagueuze ai spettacoli moderni”


Il professore Mahmoud El Mejri di Tunisi a pubblicato un libro sul teatro di burattini nel suo paese. Questo libro è molto importante perché curato da un esperto che cerca di offrire molti strumenti per capire un fenomeno molto più importante di quanto sembra. Il libro è stampato dalle le edizioni Sahar e l’Istituto superiore d’arte drammatica di Tunisi e ha 225 pagine ed è in arabo: Il libro costituisce un nuovo punto di partenza per gli studi sul teatro di figura non solo in Tunisia, ma per tutto il mondo arabo,  almeno la parte dell’Africa  "Bianca". Speriamo che qualche casa editrice italiana ne capisca il valore di questo libro e ne proponga una edizione italiana.




2 settembre 2009

XXII EDITION DU FESTIVAL DE SORRIVOLI

SUCCES DU FESTIVAL DES MARIONNETTES

DE SORRIVOLI

 

Du 22 au 30 août 2009 a eu lieu la 22ème édition du Festival « Sorrivoli dei Burattini » (Sorrivoli des Marionnettes). Ce festival a lieu dans le petit château de Sorrivoli qui ce trouve à 9 km de la ville de Cesena dans la province de Forli-Cesena dans la Région de l’Emilie-Romagne. Ce festival est très original à plus d’un titre, en premier lieu il est voulu et animé par les habitants d’un tout petit village et par sa paroisse : Sorrivoli di Roncofreddo. Le château qui est le cœur du village est le lieu physique de la paroisse qui est aussi le siège d’une communauté d’accueil.

La direction artistique est dirigée par le journaliste est illustrateur Tinin Mantegazza.

Ce festival qui est réellement des familles a vue la participation de compagnies prestigieuses comme celle de Alessandro Libertini de Florence et celle Alberto De Bastiani de Trevise.

Les compagnies amateurs ont aussi leur place comme celle de Turin qui répond au nom de « la Vecchia Soffitta » qui a présenté un spectacle qui n’est peut-être pas parfait mais qui indique que l’on doit compter avec les amateurs pour trouver des solutions originales au nouveau théâtre.

 

Bien sur le rôle du grand maître des marionnettes est encore une foi réservé au marionnettiste bolognais Romano Danielli qui a présenté l’un de ses grands classiques « L’eau miraculeuse », mais qui a surtout enchanté le très attentif public de la leçon « magistralis » qu’il a donné dans le cadre des « rencontres avec l’artiste ». Romano Danielli n’est pas seulement un marionnettiste de la grande tradition populaire hors paire, il est aussi un artiste du théâtre populaire et une fine mémoire du dialecte bolognais et de ses influences non seulement sur la culture populaire mais aussi sur celle de la commedia dell’arte.  

 

L’artiste romagnole Vladimiro Strinato c’est réservé une place à part en présentant son Nain Morris, une relecture originale des nains de foire qui animaient les fêtes populaires italiennes au 19ème et 20ème siècles. Strinato joue avec une force significative avec les cordes des trucs des anciens artistes qui ont laissé des traces indélébiles dans la culture populaire romagnole. Strinato a été à bonne école, puisqu’il a commencé sa carrière avec Sergio Diotti qui été le premier a reprendre le grand répertoire des conteurs romagnoles. Strinato ne se limite pas à raconter la Romagne, il la vie.    

 

Un grand retour très apprécié a été celui de l’irlandais John Wilson qui a proposé « Androclo et le Lion » un plaisir d’humour qui n’est pas très courent en Italie, mais qui a fait effet.

 

L’Obraztsov de Libertini n’est une reproduction du grand marionnettiste soviétique, mais un original hommage a celui qui a durant presque tout le siècle dernier dominé les scènes du monde entier. Cet hommage qui démontre la très grande intelligence de l’un des rares intellectuels de la marionnette qui a vraiment quelque chose à dire d’intelligent sur cet art.

 

Une des grandes surprises de ce festival a été le spectacle présenté par les participants à l’atelier de marionnette en papier dirigé par Albert Bagno. 35 minutes de bonheur de jouer avec l’un des éléments plus nouveau du théâtre : le papier.

 

Cette année encore le festival a vue la participation de jeunes boursistes de l’Unima et d’autres organismes qui s’attachent à promouvoir au près des jeunes la connaissance des arts de la marionnette. La présence de ces jeunes venus d’Espagne et de Taiwan n’a pas été négligeable.

 

Comme c’est l’habitude le festival a clos ses portes avec la présentation de l’atelier des enfants qui cette année était animé par le groupe calabrais de la Gurfata.

Les divers éléments du spectacle portaient sur le thème du cirque. Le résultat a été époustouflant, galipètes et autres feux d’artifices, mais ce qui était le plus important c’était de voir le plaisir de faire dans les yeux des participants.

Le groupe artistique de la Gurfata est né dans la Locridé et a comme objectif d’offrir aux jeunes d’une région si difficile une alternative culturelle à la mafia et aux jeux malsains de la corruption de l’âme de ceux qui ne voient que les jeux du pouvoir comme futur.        

 

Une absence très remarquée a été celle la psychologue belge Annick Montulet-Brinon a qui tous les affectionnés du festival souhaitent un prompt rétablissement.


Tag inseriti dall'utente. Cliccando su uno dei tag, ti verranno proposti tutti i post del blog contenenti il tag. Sorrivoli festival marionnettes Italie

permalink | inviato da Marionnettes il 2/9/2009 alle 17:4 | Leggi i commenti e commenta questo postcommenti (0) | Versione per la stampa



9 agosto 2009

90 ANS DU BAUHAUS: UNE EXPOSITION A BERLIN

BAUHAUS PENSA AUSSI AUX MARIONNETTES

 

Du 22 juillet 2009 au 5 octobre 2009, à l'occasion des 90 ans de la fondation du Bauhaus, le musée Bauhaus-Archiv de Berlin, la Fondation Bauhaus de Dessau et la fondation Klassik Stiftung Weimar organisent, en coopération avec le Museum of Modern Art (MoMA) de New York, a lieu une extraordinaire exposition au musée Martin-Gropius-Bau de Berlin.

 

L'école d'architecture, de design et d'art Bauhaus, dont sont notamment issus des artistes d'exception tels que Kandinsky ou Paul Klee, est considérée comme la contribution la plus importante de l'Allemagne du début du 20e siècle à la culture internationale.

Inventé par Walter Gropius à Weimar, le Bauhaus naquit en 1919 et fut clos par les Nazi en 1933, mais entre temps, ce mouvement culturel embrassa tous les arts dont naturellement celui de la marionnette.

Parmi ceux qui se sont intéressés aux marionnettes on trouve des personnalités comme Paul Klee e Oscar Schlemmer (1888-1943), Kurt Schmidt qui dessina des marionnettes que T. Hergt réalisa pour le spectacle “Les aventures du petit bossu” (1924). La liste serait bien longue car il y aurai encore beaucoup d’artistes à citer. Ce qui intéresse tous ces artistes, c’est le mouvement et ce que peut être l’homme nouveau. La marionnette est par excellence le mouvement qui va au de-là de du mouvement de l’homme ; et ça les artistes du Bauhaus l’ont bien compris.

Pour la ville de Prague, qui déjà alors avait un intérêt tout particulier pour la marionnette, fut projeté un théâtre de marionnette qui ne vie jamais le jour, mais qui inspira cinquante ans après le fameux théâtre central des marionnettes qui était alors dirigé d’une main de maître (et pur cause) par le grand maître soviétique Sergei Obraztsov.

 

Le Bauhaus n’est pas intéressant uniquement par ce qu’il a fait, mais surtout par la réflexion philosophique qu’il a généré et qu’il génère encore aujourd’hui dans pratiquement tous les secteurs de la pensée, ce qui va bien au de là de l’architecture et de l’esthétique ou du rationalisme.   

 

www.modell-bauhaus.de

www.bauhaus.de, www.klassik-stiftung.de.

Project Coordinator “Bauhaus. A Conceptual Model”

Rhoda Riccius

c/o Stiftung Bauhaus Dessau

Gropiusalle 38 06846 Dessau-Roßlau

Tel. 0340 6508-200

Fax 0340 6508-226

info@modell-bauhaus.de




1 aprile 2009

MA DOVE SONO LE CAROVANE DEI MARIONETTISTI?

LA DERNIERE DES CARAVANES A NE PAS MANQUER

UN DOCUMENTAIRE DE LA SLOVAQUIE

 

A l’occasion de la 15ème édition du Festival du film historique qui a eu lieu à Bratislava, le ministère de la culture de la république de Slovaquie a décidé de promouvoir la production d’un film entièrement dédié aux marionnettistes forains de ce pays. Le film « La dernière caravane » a été réalisé en 2008 par le jeune metteur en scène slovaque Peter Benovsky et sur un scripte Ida Hledikova-Tolivkova. La Hledikova est une des plus importantes spécialistes du secteur marionnette. Elle est actuellement la présidente de la commission Recherche de l’Unima (Union International de la Marionnette).

 

En Slovaquie, mais plus en générale en Europe centrale, depuis des temps immémoriaux, les marionnettistes se déplacent en convois de caravanes. De générations en générations des familles entières ont popularisé de cette façon nomade l’art de la marionnette. Parmi les plus importantes on peut citer les Dubsky et les Anderle de Slovaquie, les Kopecky et les Novak de la république Tchéque, les Kemeny d’Hongrie et les Domrowski d’Allemagne.

Le film présente les vies de ces artistes et ce qu’a voulu dire vivre et travailler dans les roulottes en bois. Le film présente aussi le contexte historique et sociale dans lequel ils ont agi.

 

Pour sa particulière qualité le film a reçu le prix Martin Slivka – prix du fond de la littérature – à l’occasion du 15ème festival slovaque des réalisateurs de film ethnographique de Cadca en 2008.

 

Le film a été sélectionné pour participé à la XXVIII édition du Festival International du Film sur les arts et les biographies d’Artiste de Asolo en Italie. Le festival aura lieu du 28 août 6 septembre 2009.

 

Dietro il nome “POSLEDNÁ MARINGOTKAovvero “L’ultima carovana” si nasconde un film della repubblica Slovacca che evoca le grande famiglie di marionettisti dell’Est Europeo che durante secoli hanno divulgato l’arte della marionetta. Realizzato dal giovane regista Peter Benovský, gode di uno script originale scritto da una delle maggiore esperte del settore la professoressa  Ida Hledíková – Polívková. Essa è attualmente la presidente della commissione Ricerca dell’Unima (Union Internationale de la Marionnette).  

In Slovacchia, ma più in generale in tutta l’Europa centrale, da secoli, i marionettisti si spostano con veri e propri convogli di carovane.

Tra le famiglie più importanti possiamo ricordare i Dubsky e i Anderle della Slovacchia, i Kopecky e i Novak della Cecchia, i Kemeny dell’Ungheria e i Domrowski della Germania. Tutte hanno contribuite alla diffusione capillare dell’arte della marionetta.

Il film presenta le vite di questi artisti e quello che a voluto dire vivere e lavorare in roulotte di legno; ma anche il contesto storico e sociale nel quale hanno agito.

Per la sua qualità il film ha ricevuto il Martin Slivka – premio del fondo della letteratura – all’occasione della 15° édizione del festival slovacco dei registi di film etnografici di Cadca nel 2008.

 

Il film è stato selezionato per partecipare alla XXVIII° edizione del Festival Internazionale del Film sur le arti e le biografie d’artisti de Asolo in Italia. Il festival avrà luogo dal 28 agosto al 6 settembre 2009.




29 gennaio 2009

MARIONNETTES D'AFRIQUE

LE DOUX MOUVEMENT

DE LA MARIONNETTE AFRICAINES


Il est d’usage de parler des milles couleurs de l’Afrique, terre de traditions, terre des ancêtres.

Donc comme une terre lointaine, une terre du passé, pas très loin d’être ignorer. Et pourtant ! L’Afrique, n’est pas qu’une et l’Afrique n’est pas que pauvre. L’Afrique est en mouvement, ceci est vrais aussi en ce qui concerne les marionnettes.

Les études et publications de plusieurs experts ont permis de connaître peu à peu l’originalité de la marionnette. Elles ont même obligé à repenser et revoir tout ce que l’on savait de nos marionnettes, même si cela est dure à admettre. Il suffira pour cela de relire les travaux de la très célèbre ethno-anthropologue Olenka Darkowska pour s’en rendre compte. Mais voila que la marionnette ce n’est plus que l’histoire, c’est aussi du présent bien vivant et aussi original que les œuvres faites par les anciens.  

Pour illustrer ce passage entre la tradition et la modernité naissante, il suffit de présenter le jeune marionnettiste malien Yaya Coulibaly (parmi les marionnettistes africains c’est le plus connu des blancs). D’abord il faut savoir que le Mali c’est entre autre, la terre des Dogons, mais aussi des Bambaras (ou Bamanas) qui utilisent depuis la nuit des temps les marionnettes (ce ne sont pas les seuls peuples de ce vaste territoire. Yaya Coulibaly est donc fils de ces traditions, il faut dire que chez les Coulibaly on est marionnettiste de père en fils depuis six générations. Nous voici donc devant une famille qui se consacre à l'art des marionnettes. Dans sa maison de Magnambougou, Yaya Coulibaly possède d’innombrables marionnettes, certaines datant du quinzième siècle. Qu'elle soit à fils ou à manches, chacune a son histoire et Yaya la raconte volontiers.

Yaya Coulibaly est donc le détenteur d’un patrimoine incroyable dont il est très préoccupé de préserver des avides collectionneurs de tout poil ; mais Yaya Coulibaly c’est aussi un créateur qui produit lui-même ses marionnettes qui ressemblent à la tradition mais qui sont quelques choses de plus, car elles parlent aux jeunes en évoquant leur problèmes et leur réalité.

 

Du Mali vient aussi la grande dame de la marionnette et du théâtre africain madame Werewerw-Liking. On peut facilement et sans avoir peur de ce tromper la définir une institution à elle toute seule. Werewerw-Liking est la fondatrice et animatrice du « Ki-Yi Mbock » qui est un centre d’art africain, mais aussi une usine à création théâtrale et musicale.

 

En Afrique du Nord le théâtre d’ombre a été importé par les turques, puis l’Islamisation a pratiquement bloquer la production et la création d’un théâtre fort et original. Les divers colonisateurs n’ont certainement pas facilité une création locale. Ce n’est qu’après la décolonisation, que très lentement sont apparues des compagnies formées de jeunes créateurs, comme au Maroc, en Algérie, en Syrie et en Tunisie. Cette dernière étant la seule a avoir une tradition locale très importante,même si elle a été siphonné par l’Italie voisine.

 

En réalité l’activité et la création marionnette en Afrique est beaucoup plus dynamique et intéressante que ce que l’on pense sur le vieux continent.

 

Après avoir été une arme de combat contre l’apartheid ou un instrument d’éducation et de lutte conte le Sida (voir l’action de Gary Friedman dans les années 1980-2000), la marionnette de l’Afrique du Sud est en train de chercher une nouvelle route. Si pendant très longtemps la marionnette a été principalement un art blanc, elle est en train de devenir de plus en plus bicouleur. Progressivement la tradition, ou mieux les traditions, laissent place à une originale modernité. Les artistes sud africains cherchent de laisser derrière eux les influences étrangères et externes pour faire naître une forme expressive qui soit vraiment locale. Dans ce contexte, une des compagnies plus intéressante est le théâtre visual SOGO. Dans un théâtre contemporain naissent des formes et des actions qui ont des racines culturelles importantes, celles de la terre d’Afrique et multi culturalité.

Pour ceux qui s’intéresse à l’Unima si signale qu’ils existent plusieurs centres nationaux en : Afrique du Sud, Algérie, Burkina Faso, Kenya, Madagascar, Mali, Sénégal, Togo. Divers centres sont en formations. Rappelons que depuis le dernier congres mondial de l’Unima qui c’est tenu à Perth en Australie en 2008, il existe une Commission Afrique et qu’elle est présidé par le chercheur Mamadou Samaké du Mali.

 

Pour plus d’informations :

http://unimamali.altervista.org/

http://www2.unima.za.org/?Version=FireFox4Windows

http://www1.sogotheatre.co.za/

http://www.multimania.com/unimalgerie


Tag inseriti dall'utente. Cliccando su uno dei tag, ti verranno proposti tutti i post del blog contenenti il tag. marionnettes afrique création.

permalink | inviato da Marionnettes il 29/1/2009 alle 22:38 | Leggi i commenti e commenta questo postcommenti (0) | Versione per la stampa



1 novembre 2008

AU CINEMA OU A LA TELEVISION?

A VOIR SI VOUS AVEZ DE LA CHANCE

 

De temps à autre dans les cinéclub ou tard dans la nuit sur quelques chaînes de télévision il est possible de voir (si vous avez de la chance) un très beau long métrage « ANIMA, L'ESPRIT DES MARIONNETTES » du réalisateur Marc Huraux.

Le scénario est de Sylvie Martin Lahmani et de Marc Huraux. Les images sont d’Edward Tristan Burgess et Laurent Didier. Le son de Julien Cloquet et Claire-Anne Largeron. Le montage est de Gabriel Humeau.

 

Ce film réalisé en 2004 en français co-produit par ARTE France propose le travail de quelques maîtres marionnettistes. On voie les marionnettistes dans leur atelier, durant les répétions, mais aussi durant simples conversations.

Ce film est un voyage dans le monde, dans les mondes de la belge Nicole Mossoux, du japonais Oishi Okamoto, du géorgien Rezo Gabriadze, des britanniques Liz et Gavin Glover, des allemands Frank Soehnle et Ilka Schönbein, qui chacun façonnent des mondes éphémères qu'anime seule la puissance de leur imaginaire. Voici un film pour connaître et comprendre ce qu’est aujourd’hui un marionnettiste et ce que peut être la marionnette contemporaine quand elle est dans les mains d’artistes qui ne s’arrêtent pas au geste classique, mais qui du classique prennent l’essence pour porter la marionnette et le public vers un futur. Grâce à ce film on comprend que la marionnette n’a de sens que quand elle est un art vivant. 

(Les informations sont reprise du site : http://www.artepro.com/programmes/93191/dossierspresse.htm)

Pour en savoir plus : http://www.cineteve.fr/  E-mail cineteve@cineteve.fr




1 novembre 2008

QUANDO "GUIGNOL" E' AL SERVIZIO DELLA POLIZIA

A PIEDI CON I STRANI BURATTINAI

 

Su questo blog-giornale dedicato ai burattini non è tutti giorni che possiamo parlare del Lussemburgo, ma questa volta ne abbiamo l’occasione segnalando l’azione originale di atre tanti originali colleghi.

Di certo il Lussemburgo non è famoso per la o le sue tradizioni burattinesche, anzi sembra che ne ci sia mai stato una vera e propria. Di solito passavano di volta in volta i burattinai belgi, francesi o tedeschi.

Ora il Gran Ducato potrebbe diventare famoso per i suoi originali burattinai che fanno parte dell’UCPR ossia l’Unità Centrale di Polizia della Strada. L’UCPR si è dotata di un unità speciale di burattinai che svolge un azione di prevenzione presso i bambini delle scuole del Gran Ducato. Quest’azione nata dal 2007 e ripetuta nel 2008 prevede l’uso di burattini e la creazione di spettacoli di tipo Guignol, dove i temi sono quelli della sicurezza stradale.

 

I carabinieri locali non si improvvisano burattinai, sono andati a scuola nel senso che hanno goduto dell’esperienza di un burattinaio professionista. Essi hanno creato una vera e propria compagnia il teatro di Guignol “Dem Poli seng Paif” e presentano spettacoli realizzati in modo da stimolare i bambini alle problematiche della strada.

Questa compagnia si sposta in tutte le scuole ivi comprese le istituzioni prescolare. La loro presenza non è casuale o epistolare ma puntuale. Quest’anno l’attenzione è stata portata alla prevenzione dei pedoni e cosa deve fare un pedone sulla strada.

Rigorosamente in uniforme i gendarme cantano e animano sia dei burattini che dei pupazzi da tavola.

Dopo lo spettacolo i “burattinai” rispondono alle domande dei bambini e forniscono alle insegnanti materiali educativi.

Per saperne di più:  http://www.police.public.lu



sfoglia     novembre        settembre
 


Ultime cose
Il mio profilo



GARY FRIEDMAN
MUSEI DELLA MARIONETTA IN ITALIA
UNIMA
EUROPUPPET
EOLO-RAGAZZI
THEATER DER NACHT
MIM - Antonio Pasqualino
IIM
Istituto per i Beni Marionettistici e il Teatro Popolare
FESTIVAL DI CHARLEVILLE
UNIMA ITALIA
MIMMO CUTICCHIO


Blog letto 1 volte

Feed RSS di questo blog Rss 2.0
Feed ATOM di questo blog Atom